Ou petite pépite, c'est selon. Un samedi tout pétillant, sur vif tempo pour le matin, partir au petit jour pour la piscine de Petit Bonhomme et le cours de  dessin de Petit Homme, les courses chez le boucher, les surgelés indispensables à la campagne. Mais tout changeait par l'aide calme de mon Homme aux préparatifs, son coucou par la fenêtre alors que nous le laissions à la peinture de la terrase. A lui, la protection du nid, à moi l'éveil des oisillons, ce matin ce serait comme ça. Les paroles échangées avec mon Grand sur le trajet,les éclats d'eau et de rire avec mon Petit, la "claque" (knack!) croquée par lui chez le "bouchi" ("maman, j'adore le Bouchi!")et le bonbon qui récompense son attente. La descente rapide au magasin de jouet, attraper le cadeau du copain du Grand pour l'anniversaire de cet après midi, et voir les petits yeux de Petit Bonhomme pétiller de convoitise, attraper les surgelés, remplir ces sacs en pensant à les régaler, dérouler les recettes projetées, imaginer les soirées qui vont avec. Rechercher Petit Homme et voir avec fierté ses productions si originales, si pleines de lui, déjà si particulier. Déposer un peu de boudin blanc, petit présent contre coup de vent, à Maman que je n'ai jamais le temps de voir vraiment. Et revenir chez nous, chantant sous la pluie avec mes chéris.Puis une après midi toute calme avec Novembre qui fouette à la fenêtre.Et une soirée très chouette, théâtre et fête. Et ce soir, sentir notre Amour si fort, m'amenant simplement à nous sentir Tranquilles.Et en être bien. Tout simplement.Retour chez nous, les anges dorment. A demain.