Une lettre arrivée des temps passés, d'un lieu autrefois habité, d'un homme étranger d'abord, différent puis apprivoisé. Dix ans après, à notre étonnement à tous, je pense, il est toujours dans nos vies. Episodiquement, épistolairement. Il est même venu nous rendre visite dans notre froid pays, lui qui n'aime rien tant que le soleil. Lorsque nous sommes partis loin de son quotidien,lui qui nous avait paru indifférent, nous a dit que le rire de notre fils lui manquait. Le masque tombait. Il a parlé de moments partagés, d'aperçus de familiarités.Nous avions partagé le coup de foudre pour une terre, nous partagions dorénavant bien plus.Le distant n'était que pudique. La main qu'il atendue si fermement nous a fait l'accueillir définitivement. Ce soir,il est revenu chez nous par un courrier.Il nous a confié sa nouvelle vie. Notre monsieur K a vieilli. Nos coeurs se sont serrés. Un vieil ami ne vieillit pas.

Et regretter de ne pas avoir toujours le temps de dire à ceux qui ont croisé nos routes, qui nous ont réchauffés, marqués, orientés, rassurés, éblouis, émus, que nous pensons à eux, encore, souvent. Présents si fort, en nous.